le centre chorégraphique

C’est en 1972 que le chorégraphe Roland Petit crée les Ballets de Marseille. Ayant perdu son pluriel, le Ballet National de Marseille devient un Centre Chorégraphique National en 1984 et est dirigé depuis 2014 par Emio Greco et Pieter C. Scholten. 

La création et la diffusion de spectacles du Ballet et d’artistes invités sont au cœur de ses missions. Fortement ancré dans son temps, curieux et ouvert sur le monde, le BNM est également un haut-lieu du patrimoine architectural marseillais, à proximité du parc Borély.

 

MOUVEMENT, ÉQUILIBRE, DÉFI, LIBERTÉ, JOIE

" Courir, gravir, trépigner, dévaler, se presser, s’épanouir dans le travail, se détendre : étapes proposées pour un parcours vivant dans l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille. Comme un grand praticable, une rampe montant en pente douce mène au seuil de l’édifice, une cour intérieure surélevée, à ciel ouvert. Regroupés, élèves et danseurs entrent dans le vestibule baigné de lumière, prolongé d’emmarchements. Deux escaliers de part et d’autre du porche, largement dimensionnés, à simple volée droite, répartissent élèves et danseurs et les attirent vers le niveau du rez-de-jardin. 

Ici les élèves de l’École s’engagent dans leurs coursives périphériques, passant par leurs vestiaires, avant de rejoindre les studios qui leur font face.

Là, les danseurs de la compagnie gagnent leurs vestiaires et leurs loges, installés dans le secret d’une large enveloppe courbe en abside du grand studio. Pour eux, le mouvement se prolonge vers les niveaux supérieurs, où salles de repos, rampes douces et terrasses dallées s’articulent et se déploient en labyrinthe ouvert sur le ciel.

Le parcours vivant, actif, faisant alterner passages abrités et espaces lumineux, mène au coeur de l’édifice. Volumes apaisants des studios de l’École, d’une géométrie simple, baignés d’un jour diffus. Vastes nefs des grands studios, clos de hauts murs et rayonnants de lumière.  Au dehors, dans un grand travelling, réapparaît l’édifice, solaire, déployant ses volumes fortement structurés, équilibré par le mur de scène érigé, en forme de signal. Mouvement, rythme,harmonie, formes, justes réponses pour ce lieu voué à la Danse."

Roland Simounet - architecte

 

LES STUDIOS

L’édifice, d’une superficie hors oeuvre nette de 6 342 m2 et surface utile de 5 044 m2, assure de manière contiguë l’hébergement de l’École Nationale Supérieure de Danse proprement dite (1913 m2) et du Ballet National de Marseille (1 407 m2), les 1 724 m2 restants étant constitués par les locaux d’accueil communs, les locaux techniques, les circulations et dégagements. Construit sur trois niveaux, le bâtiment comporte :

pour l’École
- 7 studios de 144 m2 chacun, parquetés, climatisés, équipés de matériel de sonorisation et de vidéo.

pour la Compagnie
- 1 studio (studio Franchetti) de répétitions de 220 m2
- le grand studio de 380 m2, relié par un grand mur mobile escamotable au studio Franchetti, permettant, selon les besoins, de transformer ces deux grands studios parquetés en un grand espace de 600 m2, dans le studio Franchetti, un gradin rétractable de 300 places le transforme en salle de spectacle.
- une salle de gymnastique
- une salle de massage

Le dépôt de costumes s’élevant sur les trois niveaux a été aménagé pour le stockage de 2000 costumes sur 3 structures métalliques, desservies par ascenseur.
Une oeuvre de Gérard Traquandi est exposée dans le cadre du 1% : La Danse (tableau réalisé à partir de photos), 1995. 

text alternatif
© Alwin Poiana
text alternatif
© Alwin Poiana
text alternatif
© Alwin Poiana
text alternatif
©Pascal Delcey