Le sixième pas, ou comment désigner par un acte poétique la maturité en même temps que la vitale nécessité d’inventer...

Le duo est comparable à un lancer de dé, au sens de la mise en jeu de tous les possibles. La nature de hasard du résultat n’intéresse que peu, pas autant en tout cas que la mise en mouvement et en incertitude. Katharina Christl, danseuse emblématique de Frédéric Flamand au sein du Ballet National de Marseille, et Michel Kelemenis, se créent un champ d’aparté pour, elle, céder à la tentation de chausser des pointes pour la première fois, et lui, retrouver un enjeu mis de côté un long moment, celui de se perdre dans la danse. L’écho de TATTOO que le marseillais crée en 2007 pour 5 danseurs du BNM dont 2 femmes portant déjà les chaussons classiques, se double d’une retrouvaille avec l’électroacousticien Christian Zanési. La musique, originale, est écrite après que Kelemenis a raconté au compositeur l’hypothèse –jamais réalisée- d’une déambulation muséale, “une nuit d’été où les oiseaux de jour auraient continué de chanter” : un dérèglement contre-nature. Dans cette obscurité réinventée, la danseuse et l’horloger incarnent la question que chacun pose à l’autre : la liberté en frottement avec la structure dans une réflexion vagabonde sur la maîtrise. Ils effectuent, ensemble, un pas en dehors de leur propre route, l’un avec l’autre. Par besoin comme par envie.

Le sixième pas est celui du désir vainqueur.

LE SIXIEME PAS
Production – Ballet National de Marseille / Kelemenis &Cie
Création - les 23 et 24 juin 2012 / KLAP Maison pour la danse à Marseille
CHORÉGRAPHES INVITÉS
  • Katharina CHRISTL
  • Katharina Christl est née à Dresden (Allemagne), en 1979. De 1990 à 1996, elle se forme à la Palucca – Hochschule für Tanz de Dresden. Dès 1996, elle apparaît dans de nombreux spectacles et performances (...)
  • Michel KELEMENIS
  • Danseur chez Dominique Bagouet, c’est au sein du Centre Chorégraphique National de Montpellier que Michel Kelemenis s’essaie pour la première fois à la chorégraphie. En 1989, il fonde sa propre (...)
 
GÉNÉRIQUE

Musique originale : Christian Zanési
Lumières : Alexandre Martre
18 mn
Duo