Lorsque le premier – danseur – né dans le sud de l’Italie – et le second – à l’époque metteur en scène du théâtre alternatif néerlandais – ont réuni leur talent dans le courant des années quatre-vingt-dix, ils ont fait de leur double signature une aventure chorégraphique.

Partant, en 1995, de la curiosité du corps et de ses motifs intérieurs, ils créent leur première œuvre : le solo Bianco, qui constitue la première partie de la trilogie Fra Cervello e Movimento (Entre Cerveau et Mouvement). La trilogie sera accompagnée d’un manifeste artistique qui se décline à partir du corps et de sa logique en sept nécessités. Ce manifeste est la base du nouveau langage qu’ils ont créé.

Pour qualifier leur travail, son originalité – où se mêlent rigueur de la recherche et puissance de l’imaginaire -, un nouveau terme a été inventé : « extrêmalisme ». Emio Greco et Pieter C. Scholten, dès les débuts de leur compagnie, baptisée EG I PC, ont développé un univers et une écriture, forgés de tension et la synchronicité, qui empruntent tant au vocabulaire classique qu’à la danse post-moderne.

L’étrange théâtralité dont les pièces sont imprégnées, la haute qualité de la danse d’Emio Greco et de ses danseurs, répétitive ou débordante, sont strictement cadrées par la partition chorégraphique pour construire dans chaque pièce d’énigmatiques fictions de chair. Le corps, cet inconnu, avec ses réservoirs de mondes sensibles, semble alors s’y réfléchir, comme s’il était l’auteur même de ces récits, absorbé, immergé dans des espaces inattendus, mystérieux, que la scénographie lumineuse, avec ses jeux de couleurs ou ses monochromies, contribue à dévoiler, en dialogue avec les musiques choisies.

Parmi leurs créations les plus récentes : La Commedia (2011), Rocco (2011), Passione in Due (2012), Double Points : Extremalism (2012), Addio Alla Fine (2012), Double Points : Verdi (2013), A Man without a Cause (2013), De Soprano’s (2014), Le Corps du Ballet National de Marseille, Extremalism (2015).

Pour nombre de ces spectacles, Emio Greco et Pieter C. Scholten se sont vus attribuer de multiples prix internationaux. Leurs créations sont régulièrement coproduites par d’importants festivals et lieux de spectacle et font l’objet de nombreuses tournées à travers le monde.

En 2009, ils créent ICKamsterdam (Centre international d’arts chorégraphiques d’Amsterdam), une plateforme inter-disciplinaire et internationale pour des talents émergents ainsi que confirmés. Nommés en 2014 à la direction du Ballet National de Marseille, leur projet s’inscrit autour de la thématique du corps, sous deux angles : « le corps en révolte » ou la place de l’artiste dans la société,« le corps du ballet » ou la recherche d’une nouvelle forme de ballet contemporain.

Emio Greco I Pieter C. Scholten